Rechercher

J'ai connu le GravelMan par les Superides Camp, ce qui m'a permis d'ailleurs de côtoyer Steven sur 5 jours qui organise maintenant les GravelMan. Pas assez pour affirmer que je le connais très bien, mais assez pour m'être fait une idée sur le type de personne qu'il est mais aussi sa passion pour l'aventure autour du vélo. Pas besoin de dresser un portrait et de revenir sur les aventures du bonhomme. Qui n'est pas encore convaincu sur son expérience d'aventurier ? Bien au-delà de ce qu'on connaît de lui par les réseaux sociaux, ce gars est bien plus qu'un simple dévoué pour organiser de A à Z des aventures hors du commun, permettre à des amateurs d'aventure comme moi et de tout niveau de mieux se connaître, ou de se redécouvrir en s'amusant, pouvoir mieux appréhender de folles distances à vélo. Ces GravelMan ne sont pas des courses de "bénéouioui" où on achète une médaille de finisher et pour lesquelles on perdrait beaucoup de motivation à l'idée d'y reparticiper. Qui plus est pour obtenir une 26 789ème place, dénuée de sens. Non ces GravelMan sont définitivement des aventures hors du commun, qui permettent de se sortir les tripes, d'être confronté à des moments 'extra' ordinaires, se sortir de son quotidien, rêver ce qui est encore possible à travers ces aventures dans ces temps incertains. On ne sait jamais comment les 350 km vont se dérouler. Ce sont 350km qui permettent de rencontrer tout plein d'amateurs de vélo, de faire du sport, prendre l'air, découvrir de nouveaux segments de routes/chemins, c'est juste génial. J'ai participé au Summer Camp Pays Basque, au Tour du Mont Blanc, à GravelMan Roubaix (Templeuves-Chantilly) et dernièrement à GravelMan IdF. Toutes ces sorties ont été de vrais aventures pour moi, j'en garde d'excellents souvenirs, des moments marquants même. Déluge sur 3 jours dans les Alpes, forte chaleur Basque/Espagnol, épaisse couche de neige en IdF, rouler toute une nuit sur les pavés de Paris Roubaix...mais quel pied quand même !

Il ne se passe pas une semaine sans que je revois les endroits et les éléments dans lesquels j'ai pu m'aventurer, qui ont fait qu'il y a un avant et un après inévitablement. Avant cela, je n'avais jamais effectué de très longues sorties à vélo de ma vie, mais à travers ces aventures, j'ai trouvé ce que je cherchais pour mon bien être. D'ailleurs il n'a jamais été question de compétition pour moi. Si cela était une question de compétition, je ne penserais même plus à prendre un départ. La gestion de ces 350 km est uniquement de l'aventure avec des femmes et des hommes qui aiment le vélo d'aventure. Au jour le jour, cela m'apporte énormément de confiance dans mon boulot et m'enlève une part de stress. GravelMan, c'est un format aventure, très encadré, où l'humain est au centre du projet construit sur du savoir, du partage, pouvoir participer mais pas que, c'est avant tout être acteur de sa propre aventure, échanger et grandir. C'est certes un format pour adultes aguerris, voulant se confronter aux éléments de la nature pour certains, n'ayant pas peur de se dire, je peux m'aventurer, je peux faire du vélo sur 15/20h heures, je peux m'arrêter dormir et repartir, j'en chie mais punaise je suis libre de mener mon vélo et de rêver. Le fondateur met énormément de passion dans cette organisation, beaucoup d'énergie et d'abnégation. Il le faut car à bien des petites péripéties, peu de gens auraient cette envie de toujours organiser, de toujours prendre en considération les feedbacks de chaque participant. Il faut beaucoup d'abnégation pour cela, pour les reco des parcours, leur diversité, des nuits blanches pour suivre l'ensemble des participants lors des GravelMan et tout le côté logistique, que j'ignore, de l'organisation.

En somme GravelMan ça m'apprends ce qu'est la résilience et ça m'en apprendra encore pas mal car je ne compte absolument pas m'arrêter en si bon chemin. Je pense que cela est un sentiment similaire chez bcp de participants d'ailleurs. D'ailleurs ce n'est pas étonnant que les participants des premières éditions reviennent aux suivantes. Quand je vois l'engouement sur les réseaux sociaux, sur les fils d'échanges whatsapp par exemple, je pense que cet évènement GravelMan contribue à une échelle bien plus que respectable à rendre les participants heureux. Vive le vélo et good luck pour la suite ! :)


Témoignage de Loïc

Je suis passionné de vélo depuis 25 ans, j'avais atteint un palier dans ma pratique, ne me retrouvant plus dans les organisations traditionnelles. Je cherchais la nouveauté, je cherchais à m'aventurer sur des sentiers inconnus, sortir des sentiers battus, découvrir de nouvelles formes de vélo, de nouvelles personnes.


Avec GravelMan, j'ai découvert un nouvel univers de passionnés de bicylette au sens très large. Pas de limite autre que celle de tes jambes, pas de ségrégation sur le type de vélo, la largeur de tes pneus, ta catégorie d'âge.


GravelMan pour moi c'est une organisation simple, humaine, passionnée, profondément ancrée dans la passion du vélo. En si peu de temps, c'est devenu à mes yeux après 2 épreuves une très belle marque qui porte les valeurs les plus nobles du cyclisme : dépassement de soi, harmonie avec la nature, joie de la souffrance physique qui apporte du bonheur mental, plaisir de la rencontre avec d'autres passionnés, le tout porté par une équipe de bénévoles formidables qui ne comptent pas ni leurs heures ni leur énergie.


Ce label GravelMan, aussi jeune soit-il, a beaucoup de sens dans notre société moderne : revenir aux choses simples, rencontrer des gens et partager des moments exceptionnels.

Merci d'avoir créé cela, et merci pour toute l'énergie consacrée à faire grandir ce concept, cette belle marque qu'est le GravelMan.

Start with legs, finish with mental. Ride hard !

Témoignage de Thibaud


J'ai participé à la 1ère édition Gravelman à Roubaix en octobre dernier.

La thématique était consacrée aux secteurs pavés mythiques du Paris-Roubaix. J'ai adoré cette épreuve, Stéven était fidèle à sa philosophie d'aventurier. J'ai adoré le parcours concocté et surtout l'ambiance et le partage entre l'organisation et les concurrents que j'ai pu croiser sur la route et après l'arrivée. La richesse de l'événement est de pouvoir rouler avec des cyclistes venant de divers horizons sportifs et de pouvoir échanger un moment. Quelle richesse pour moi de me retrouver avec un autre cycliste avec un vélo complètement différent du mien (vélo de route classique pour moi et vélo gravel pour l'autre cycliste) et de se prendre en photo mutuellement au niveau du mythique Pont Gibbus. L'échauffement matinal avec deux autres cyclistes que j'ai accompagné une 10aine de minutes le temps que mon GPS calcule l'itinéraire.

Sentiment de liberté, permettant à chacun de rouler comme bon lui semble sans esprit de compétition et de classement. Liberté d'heure de départ également et d'arrivée avec un barrière horaire très large permettant à chacun de vivre son aventure. Cette épreuve en ligne m'a permis de découvrir des routes inconnues et de passer dans des supers coins comme la forêt de Compiègne. Me retrouver seul au milieu de cette forêt sur une petite route, sans bruit, avec le coucher du soleil, le kiff ! Arrivé dans la soirée au château de Chantilly, j'ai été accueilli par un bénévole qui a immortalisé le moment avec une photo et un ravito digne de ce nom. Super organisation !

J'ai vraiment adoré cette épreuve c'est d'ailleurs pour cela que je vais participer au GravelMan Flanders fin février.


C'est cet esprit chaleureux que je recherche dans ma pratique d'ultradistance est présent dans cette série GravelMan de Steven.


Quelques mots clés qui définissent ce que je viens rechercher (très appréciable en ce temps de COVID) :

  • découverte de paysages et de lieux mythiques,

  • pratique sportive en sécurité (balise GPS et organisateur joignable à tout moment)

  • partage,

  • dépassement de soi (physique et mental)

  • Convivialité

  • Aventure

  • Liberté


Témoignage de Régis